L'ebook a 40 ans > 2000 > La Bible de Gutenberg en ligne

Marie Lebert - 22.06.2011

Reportage - bible - gutenberg - numeriser


 

Bientôt trente ans pour le livre numérique. Signe de temps peut-être, une version numérisée de la Bible originale de Gutenberg est mise en ligne sur le site de la British Library en novembre 2000.
Le premier livre imprimé en ligne

En 2000, le livre numérique a bientôt trente ans, puisqu’il voit le jour en juillet 1971 en tant que premier titre (eText #1) du Projet Gutenberg.

Le livre imprimé a cinq siècles et demi. Datant de 1454, la première Bible imprimée aurait été imprimée par Gutenberg en 180 exemplaires dans son atelier de Mayence, en Allemagne. 48 exemplaires, dont certains incomplets, existeraient toujours. La British Library en possède deux versions complètes. En mars 2000, dix chercheurs et experts techniques de l'Université Keio de Tokyo et de NTT (Nippon Telegraph and Telephone Communications) viennent passer deux semaines sur place pour numériser les deux versions, légèrement différentes. Ces versions numérisées sont mises en ligne quelques mois plus tard, en novembre 2000.

 

 

 


D’autres trésors de la British Library sont déjà en ligne, par exemple Beowulf, premier joyau de la littérature anglaise datant du 11e siècle, Magna Carta, premier texte constitutionnel anglais signé en 1215, les Lindisfarne Gospels, une oeuvre datant de 698, le Diamond Sutra, autre joyau datant de 868, les Sforza Hours, trésor de la Renaissance datant de 1490-1520, le Codex Arundel, composé de notes de Léonard de Vinci de 1478 à 1518, ou encore le Tyndale New Testament, premier Nouveau Testament en langue anglaise, imprimé en 1526 sur les presses de Peter Schoeffer à Worms (Allemagne).

État des lieux à la fin 2000

Fin 2000, outre ces trésors inestimables mis à la disposition de tous, des milliers d’oeuvres du domaine public sont en accès libre sur le web dans des bibliothèques numériques.

Les libraires et les éditeurs ont pour la plupart un site web. Certains naissent directement sur le web, avec la totalité de leurs transactions faites via l’internet.

Outre le prêt de documents en tous genres et la gestion d’ouvrages de référence, les bibliothécaires guident les usagers sur l’internet, sélectionnent et organisent des informations à leur intention pour leur éviter de se noyer sur la toile, et créent un site web incluant un catalogue en ligne et une bibliothèque numérique.

De plus en plus de livres et de revues ne sont disponibles qu’en version numérique, pour éviter les coûts d’une publication imprimée. De «statique» dans les livres imprimés, l’information devient «fluide» sur l’internet, avec possibilité d’actualisation constante.

 

 

 

 


Nombre d’auteurs s’accordent à reconnaître les bienfaits de l'internet, que ce soit pour la recherche d’informations, la diffusion de leurs oeuvres, les échanges avec les lecteurs ou la collaboration avec d’autres créateurs, sans parler d’un prolongement de leurs livres sur un site web, tout comme la possibilité de s’auto-publier avec succès.

Les éditeurs scientifiques et techniques commencent à repenser leur travail et à s’orienter vers une diffusion en ligne, les tirages imprimés restant toujours possibles à titre ponctuel. Certaines universités diffusent désormais des manuels «sur mesure» composés d’un choix de chapitres et d’articles sélectionnés dans une base de données, auxquels s’ajoutent les commentaires des professeurs.

Des auteurs explorent les possibilités offertes par l’hyperlien pour créer de nouveaux genres tels que roman multimédia et hypermédia, narration hypertextuelle, oeuvre d’hyperfiction, site web d’écriture hypermédia, mail-roman, etc. La littérature numérique – appelée aussi littérature électronique, cyber-littérature ou littérature HTX [HyperTeXt] - bouscule désormais la littérature traditionnelle en lui apportant un souffle nouveau, tout en intégrant d’autres formes artistiques puisque le support numérique favorise la fusion de l’écrit avec l’image et le son.

L’internet devient indispensable pour se documenter, pour communiquer, pour avoir accès aux documents et pour élargir ses connaissances. Il n’est plus utile de courir après l'information dont nous avons besoin. Cette information est à notre portée, en quantité, y compris pour ceux qui suivent leurs études par correspondance, qui vivent en rase campagne, qui travaillent à domicile ou qui sont cloués sur un lit.

Le web devient une gigantesque encyclopédie, une énorme bibliothèque, une immense librairie et un médium des plus complets.

Certains lisent même un livre sur leur ordinateur, leur PDA ou leur tablette de lecture (encore hors de prix).


Notre prochain épisode : 2001 > D’autres tablettes de lecture


Nos épisodes précédents


Copyright © 2011 Marie Lebert