La Belle Hortense : Ici, plus de cépages que de pages

Clément Solym - 10.08.2010

Reportage - femmes - vins - livres


La belle Hortense est une librairie, un bar et une cave à vins. Un endroit agréable et calme, qui semble flotter entre deux époques.

Quand on entre dans la première pièce – le bar —, c’est un petit voyage dans le temps. Retour à l’époque où le quartier du Marais (Paris IVe) était encore populaire. Car même si c’est difficilement imaginable pour ses aficionados contemporains, le quartier a été, un peu après la Révolution, l’antre des artisans et ouvriers parisiens.


Et la Belle Hortense est un vestige. Xavier Denamur, le maître des lieux (et presque de toute la rue) : « Les premiers bistrots, du temps de Voltaire, étaient d’abord des endroits où on picolait, où on échangeait des idées… »

Tout de bois vêtu, mêlant dans ses étagères bouteilles et recueils de poésies (entre autres), et surplombée par une immense glace, qui en outre de rappeler Sergio Leone, permet d’épier discrètement sa voisine. Tout cela baigne dans une ambiance bibliothèque ; le barman est plus calme et silencieux que les archivistes de la Vaticane, et la librairie elle-même n’est troublée que par le bruit lointain d’un jazzman qui s’exprime dans les ondes de TSF.

Xavier Denamur, amant de la Belle Hortense

Le lieu est étroit. Au bout d’un couloir, dans lequel vous croisez des « toilettes littéraires » aux couleurs du Bleu du Ciel de George Bataille, « toute la déco ici a référence avec la littérature ; à l’écrit, il faut que le fond aille avec la forme », vous entrez dans des temps plus modernes. La deuxième pièce est plus froide, comme notre époque, entourée de sofas épurés, qui permettent de s’installer confortablement avec un bouquin et, obligatoire, un verre de vin (soit dit en passant, préférez le morgon au blanc).

Le propriétaire est à l’image du contraste : entrepreneur débridé aux idées de gauche (même s’il tient à son indépendance), homme cultivé un brin vulgaire, bavard engagé et fier de l’être. Moderne quand il s’agit de poster des textes sur Rue 89, old school quand on parle du numérique : « J’aurais tendance à imprimer pour lire ». Un phénomène dont on a mal à croire qu’il tienne dans si petit espace.

Salle du fond, bar, à vous de choisir...

Et par le biais de cet homme, la Belle Hortense est encore plus qu’une librairie-bar-cave. C’est un lieu un peu bobo, un peu rebelle. On y distribue des LocalBioBag, « une démarche sociétale en opposition au bio bidon ». On y trouve des livres engagés : « J’ai tout un truc sur le social, l’écologie, la responsabilité sociétale, la malbouffe », et des écrivains : ils aiment le folklore de l’endroit, qui est un peu « des jolies femmes, du vin, des livres ». Comme le rappelle le patron, « ici, on fait plus de cépages que de pages ».

La Belle Hortense
31 Rue Vieille du Temple,
75004 Paris‎
01 48 04 71 60‎