Récits de voyage : Mike Horn, l’explorateur des temps modernes

Cécile Mazin - 01.10.2019

Reportage - Mike Horn - explorateur temps modernes - récits voyage


PORTRAIT – Né à Johannesburg le 16 juillet 1966, Michael Frédérique Horn grandit dans le sud de l’Afrique où sa mère est enseignante et son père un rugbyman reconnu. Dans sa petite enfance, le sport est son terrain de jeu favori. Athlétisme, vélo, rugby, cricket, tennis, etc., il touche à tout et montre déjà de grandes aptitudes physiques dans de nombreuses disciplines. Il entre dans la vie active comme lieutenant des forces spéciales sud-africaines, il a alors tout juste 18 ans.


Mike Horn

 
Deux ans plus tard, il reprend ses études à l’Université de Stellenbosh où il sera diplômé en Science du mouvement humain. Sa vie va prendre un tout autre tournant alors qu’il travaille pour son oncle dans l’entreprise familiale de fruits et légumes. « Savez-vous planter des choux ? » dit la comptine, Mike Horn, lui, a su les vendre, ce qui lui permettra de quitter son pays natal.

Il décide alors de changer radicalement de vie. De nationalité sud-africaine et sans visa trois choix s’offrent à lui : l’Angleterre, la Suisse ou l’Israël. Comme à la loterie, le billet gagnant sera un vol à destination de Zurich, avec son seul sac à dos Mike Horn part pour la première fois explorer le monde.
 

Mike Horn : sportif, aventurier, voyageur


C’est au cœur des Alpes suisses, à Château-d’Oex, que Mike pose ses valises. Il enchaîne les petits boulots pour vivre, mais il en profite pour s’adonner aux sports de haute montagne, il apprend à skier et deviendra moniteur. Il découvre également les sports de rivière, la nature l’appelle et il défie les éléments : rafting, canyoning, hydrospeed. C’est ainsi qu’il exercera le métier de guide de rafting.
 

Son goût prononcé pour l’aventure commence en 1991, lors de son premier voyage au Pérou. C’est avec des amis et en parapente qu’il explore le Machu Picchu. Il frôle la mort de peu en écrasant son parapente, ce n’est pas ce qui l’arrêtera, au contraire… Trois ans plus tard, il intègre une équipe de sportifs de l’extrême : les « Sector No Limits », ces athlètes sont animés par la soif du défi et repoussent leurs limites toujours plus loin, plus fort, plus vite. Ainsi, Mike Horn obtient un premier record du monde en hydrospeed lors de sa descente d’une chute d’eau de 22 m, au Costa Rica, sur la rivière Pacuare.
 

Son premier périple seul a lieu en 1997. Durant 6 mois, Mike va d’abord traverser les côtes péruviennes pour entamer une ascension du mont Mismi qui domine à 5 800 m d’altitude. Il rejoint ensuite le fleuve Amazone sur son hydrospeed où il parcourt pas moins de 6 700 km de canyons et de rivières sauvages avant de rejoindre enfin le Brésil par le fleuve Macapa. Cette expédition, personne ne l’avait réalisé avant lui et encore moins dans des conditions similaires.
 

Il existe deux écoles en matière de voyages et de découvertes. Les congés payés ont démocratisé le voyage et les loisirs. L’être humain plongé dans sa routine quotidienne a besoin de s’évader, d’explorer le monde et de s’enrichir de cultures différentes de la sienne. Aujourd’hui, il est possible de partir aux quatre coins du globe pour découvrir des destinations insolites en toute sécurité. Les agences de voyages proposent des solutions clés en main pour pouvoir profiter de petits coins de paradis ou le mot « tourisme » est banni.

Accompagnés d’un guide, en mode trek ou vacances de l’extrême, les voyagistes regorgent d’offres permettant de vivre des sensations fortes. Pour les plus aventuriers et les explorateurs en herbe, Mike Horn est un modèle de débrouillardise. Ses ouvrages et ses récits sont une bible pour ceux qui ont soif d’aventures, c’est une invitation au voyage et au dépassement de soi.


Mike Horn : sa vie, ses œuvres

 

Latitude Zéro


Son premier livre, sorti en 2001 aux éditions XO, retrace sa folle épopée de 40 000 km autour du monde par l’équateur. En trimaran, à vélo, en pirogue ou à pied, jamais il n’emprunte de véhicule pour cette traversée gargantuesque. Dans cette aventure, il navigue sur trois océans : l’Atlantique, le Pacifique, et l’océan Indien. Cette première expédition d’un an lui vaudra une prestigieuse récompense, celle du meilleur sportif alternatif de l’année : le « Laureus Award ». (traduction Jean-Philippe Chatrier)
 

Conquérant de l’impossible


Cet ouvrage est le récit de son expédition le long du cercle polaire arctique. À nouveau seul et sans moyen de transport motorisé, Mike Horn défie les lois de la nature. Outre les difficultés et les péripéties de cette aventure, c’est une ode à l’humanité. Par – 60 °C et lorsque tout votre équipement prend feu, la solidarité est de mise et là où il n’y a rien, seul le partage compte. (traduction Jean-Philippe Chatrier)
 

À l’école du Grand Nord


Paru en 2005 aux éditions XO, c’est un voyage en famille que propose cette fois-ci Mike Horn. Accompagné de sa femme et de ses deux filles, Annika douze ans et Jessica onze ans, il s’attaque à l’île de Bylot situé dans le Grand Nord Canadien. C’est un voyage initiatique pour les petites filles Horn qui vont apprendre de mère nature, ses dangers, ses pièges, affronter des températures extrêmes, surmonter les difficultés, il n’y a pas école plus véritable que celle de la vie. Dans cette expédition, Mike Horn a voulu partager sa passion avec celles qui lui sont les plus chères et qui lui ont toujours donné la force de surmonter les épreuves. (traduction Jean-Philippe Chatrier)


Pôle Nord de nuit

 

Cette fois-ci c’est une idée folle de Borge Ousland, un Norvégien, ami de Mike et explorateur, qui va emmener les deux hommes affronter le froid glacial de l’Arctique. Pour ajouter un peu de piment à leur aventure, Borge Ousland convient de progresser dans cette ascension en pleine nuit. 1 000 km kilomètres séparent le cap sibérien d’Arkticheskiy du pôle Nord, ensembles les deux hommes traversent un des plus grands défis de leur vie. C’est un exploit et une aventure des plus périlleuse. (traduction Jean-Philippe Chatrier)
 

Vouloir toucher les étoiles


Mike Horn se livre dans un nouveau carnet de voyage, édité en 2015 par XO. Ce périple dans l’Himalaya est motivé par la plus lourde épreuve de sa vie, le décès de sa femme, Cathy, emportée par le cancer. C’est un journal intime rempli d’émotions et encore une belle leçon de vie que nous offre Mike. Montagnard aguerri et en compagnie de trois amis, ils vont franchir quatre fois 8 000 m, bien évidemment sans oxygène et sans cordes.
 

Aventurier de l’extrême et L’Antarctique, le rêve d’une vie


C’est son rêve d’enfant que Mike va réaliser, 5 100 km dans l’Antarctique. Dans ces deux livres, il nous raconte sa course contre la mort. Muni de ses skis et d’un traîneau de 256 kg sur le dos, Mike affronte le temps et les éléments pour ne pas rester piégé par l’hiver qui approche. Son courage, sa force et sa détermination il la trouve auprès des siens, lorsqu’il pense à sa femme et à ses filles. Elles lui donnent à chaque instant l’envie d’aller plus loin. Mike inscrit son nom dans l’Histoire une nouvelle fois, à 51 ans il est le plus grand explorateur des temps modernes.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.