Bibliothèques parisiennes : “Contre le projet d’ouverture le dimanche dans les conditions annoncées”

La rédaction - 11.05.2016

Tribune - Bibliothèques Paris - Paris bibliothèques dimanche - médiathèques Paris


En annonçant l'ouverture le dimanche, d'ici 2019, de 7 nouvelles bibliothèques parisiennes, l'administration de la capitale a froissé les personnels : peu voire pas informés de ces nouvelles mesures et déplorant une absence de moyens supplémentaires pour assurer un service public de qualité, ils se retrouveront jeudi 12 mai dans la cour de l’Hôtel d’Albret, siège de la Direction des Affaires Culturelles, pour manifester leur opposition au projet. Les personnels de la médiathèque Hélène Berr avaient été les premiers à envoyer un courrier à la Direction des Affaires Culturelles et du Bureau des Bibliothèques pour exposer leurs besoins. La médiathèque Edmond Rostand leur emboîte le pas.

 

Bibliothèque Canopée Paris

Photo d'illustration (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

La veille de leur action dans la cour de l'Hôtel d'Albret, les personnels de la médiathèque Edmond Rostand ont fait parvenir une lettre à la Direction des Affaires Culturelles et du Bureau des Bibliothèques, qui vient compléter et expliquer la pétition mise en ligne. Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité de ce courrier.

 

Paris, le 5 mai 2016 

 

À l’attention de la Direction des Affaires Culturelles et du Bureau des Bibliothèques 

 

Lettre ouverte sur les conditions d’ouverture de la médiathèque Edmond Rostand le dimanche 

 

L’équipe de la médiathèque Edmond Rostand tient par cette lettre à s’exprimer au sujet de l’ouverture de 7 bibliothèques du réseau parisien le dimanche. Nous prenons la parole pour soutenir l’initiative de l’équipe de la médiathèque Hélène Berr et dans le but d’exposer, à notre tour, les conditions indispensables à la mise en place d’un tel projet, en rappelant que l’ouverture du dimanche n’est pas une base contractuelle sur laquelle nous avons été recrutés a priori.

 

Nous sommes très mécontents de la façon dont a été annoncée cette décision. Certains collègues l’ont appris par voie de presse, d’autres via les syndicats. L’annonce est soudaine, opaque et décevante : nous déplorons le manque de préconisations et l’absence de dialogue que nous trouvons irrespectueux et désolidarisants pour les équipes. Ce lourd silence n’est guère rassurant et entretient un climat d’incertitudes que nous ne tolérons plus !

 

Les spécificités de la médiathèque Edmond Rostand

 

La médiathèque Edmond Rostand est un établissement de taille moyenne (1 860 m²), qui comporte 3 étages et 4 plateaux. L’équipe compte 26 agents/23 ETP dont 6 agents à temps partiel, 2 agents vivant hors région IdF et 6 loin de Paris en région IdF. 

 

La médiathèque se répartit sur 4 niveaux, qui tous demandent la présence d’agents postés. 

 

Il y a 8 postes de service public pour 6 automates de prêt-retour. Les agents en poste gèrent essentiellement les inscriptions, les renseignements et le rangement ; seuls 2 postes sont entièrement dédiés au rangement des documents : au rez-de-chaussée où se trouvent les 3 automates et où sont triés et redistribués les documents, et en section Jeunesse. 

 

Au regard de l’organisation actuelle de nos plages de service public, ouvrir l’établissement 5 heures supplémentaires est au-delà de nos capacités. En l’état, la constitution et le nombre d’agents dans l’équipe nous placent trop souvent en situation de sous-effectif et envisager une ouverture le dimanche, c’est d’abord ouvrir des postes de titulaires supplémentaires. Sans cette condition, le travail sur la base d’1 dimanche sur 5 ne pourra pas être respecté. 

 

La médiathèque Edmond Rostand a fait partie de la vague pilote de labellisation Qualiparis ; elle s’est vu renouveler l’attribution de ce label en 2015 et c’est aussi dans le souci de maintenir un service public de qualité que nous demandons à être écoutés au sujet de mesures qui nous semblent très contradictoires. Si élargir les horaires d’ouverture des bibliothèques répond à une demande récurrente du public, il faut savoir que dès septembre 2013, par manque d’effectif, nous avons dû supprimer la nocturne du jeudi soir qui permettait à un public d’actifs et d’étudiants d’accéder à nos services plus largement ! En février 2016, la médiathèque Edmond Rostand a mené une enquête auprès de son public : dans les suggestions libres, il y a plus de répondants qui s’expriment pour des horaires d’ouverture élargis que de répondants qui évoquent le dimanche (1).

 

Contre le projet d’ouverture le dimanche dans les conditions annoncées 

 

Au sein de l’équipe, les avis sont partagés. Dix personnes se sont déclarées fondamentalement hostiles au travail le dimanche, pressenti comme un facteur « de désocialisation, d’isolement et d’usure ». Nous restons convaincus que le dimanche n’est pas une journée de travail comme les autres. En tant que travailleurs du samedi, nous savons déjà que travailler le weekend entraîne un décalage constant avec les rythmes de notre entourage et de la société en général. Cela représenterait une contrainte pour la vie personnelle, d’autant plus forte que nous n’avons pas choisi de travailler le dimanche en connaissance de cause. 

 

Toutefois, nous ne souhaitons pas nous déclarer collectivement contre le principe du travail le dimanche. Nous nous déclarons contre le projet d’ouverture le dimanche dans les conditions annoncées par la Direction des Affaires Culturelles.

 

Nos conditions 

 

Pour déterminer les conditions de travail et d’accueil du public décentes, nous avons fait une simulation sur 2016, en partant de la base 1 dimanche travaillé sur 5 préconisé par le cadre réglementaire actuel. L’année 2016 compte 36 dimanches. Sur la base de nos 23 ETP et avec 50 % de vacataires présents samedi et dimanche, 1 agent travaillerait 1 dimanche sur 3. Ouvrir le dimanche dans de telles conditions n’est pas tolérable. 

 

Pour travailler 1 dimanche sur 5, nous avons besoin de 28 ETP, soit 5 titulaires supplémentaires. 

 

Nous avons besoin d’un ratio 50-50 titulaires/vacataires présents samedi et dimanche qui auront été formés à l’accueil et au logiciel V-Smart par le SIB. 

 

Nous avons besoin de la présence d’un agent de sécurité, d’un service de nettoyage des locaux, du service d’astreinte de la SLA, du BBL ou de la DAC, et d’une maintenance informatique. 

 

Si le dimanche doit être considéré comme un jour de semaine ordinaire, les services auxquels nous sommes rattachés doivent prendre leurs propres dispositions et faire le nécessaire pour être à nos côtés. 

 

Au regard de toutes les difficultés que nous avons exprimées, nous demandons une prime de 100 euros net, ainsi qu’un temps de récupération d’une journée entière que nous aurons la liberté de choisir. 

 

Plusieurs questions demandent encore des réponses 

 

La médiathèque Edmond Rostand ne compte que 2 cadres A parmi ses agents. Combien de cadres devront être présents à la médiathèque le dimanche ? Quels problèmes cela poserait-il en matière de sécurité incendie ou du bâtiment par exemple ? 

 

La possibilité d’une mutation « accompagnée » des agents réfractaires au travail le dimanche a été évoquée. Le BBL envisage-t-il sérieusement une alternative pour les personnes qui souhaitent travailler dans une bibliothèque fermée le dimanche ? 

 

Plus globalement, nous demandons à ce que les bibliothèques prochainement concernées par l’ouverture du dimanche soient toutes conviées ensemble à une table de négociation commune où les positions de l’administration seraient annoncées clairement à tous et pourraient former un socle de discussion collective.

 

L’équipe de la médiathèque Edmond Rostand

 

(1) Dans les suggestions libres, sur 39 répondants ayant souhaité de plus larges horaires d’ouverture, 8 réponses évoquent le dimanche, 11 réponses évoquent le matin et 19 réponses concernent le soir (« Enquête pour mieux vous connaître », Médiathèque Edmond Rostand, février 2016).

 

 

  Lettre ouverte de la médiathèque Edmond Rostand contre l'ouverture le dimanche dans les conditions proposée... by ActuaLitté