Baisse de la TVA en restauration : on s'est fait manger...

Clément Solym - 27.04.2010

Zone 51 - Chez Wam - TVA - restauration - manger


C'est amusant, mais... ça n'aura servi à rien. Alors que l'Insee vient d'annoncer que les chiffres sont particulièrement décevants, puisque l'on devait obtenir une baisse tarifaire qui n'est jamais arrivée, on constate qu'un restaurateur sur deux n'aura pas joué le jeu. Et les emplois attendus n'ont pas vraiment été non plus à la hauteur.

Seul avantage, et non des moindres, un accord social de branche a permis de revaloriser les salaires de 6 %, avec deux jours de congé en sus. (Voir l'article des Échos pour la suite)


Quel rapport avec nous ? Oh, juste un constat établi hier lors d'un déjeuner. On déjeune beaucoup dans l'édition, et avec les journalistes, entre autres. Comme dans d'autres métiers. Ça permet de se rencontrer, de discuter de boulot. Ou de se faire ouvertement draguer quand on est une jeune et jolie attachée de presse, par un journaliste difficile à éconduire sans froisser sa susceptibilité.

Et ce constat ? Le même que pour bien d'autres professionnels : la récupération de la TVA, permise lorsque l'on invite un client à déjeuner, est passée de 19,6 % du prix du repas, à 5,5 %. Exception faite de l'alcool, qui reste à 19,6 %. Bilan des courses, on va picoler encore plus pour retrouver des notes de frais avec une TVA à 19,6 % que l'on pourra déduire des ventes réalisées.

Une simple histoire comp-table en fait.