Gouvernement resserré et remaniement : Jean-Marc Ayrault 'favorable'

Nicolas Gary - 02.03.2014

Zone 51 - Chez Wam - Jean-Marc Ayrault - Aurélie Filippetti - remaniement ministériel


Dans Le Parisien ce matin, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a répondu à quelques questions, qui ont rapidement enflammé la presse : les rumeurs tournant autour d'un remaniement ministériel se sont retrouvées avivées par cette petite déclaration : « C'est une décision qui appartient au président de la République, mais j'y suis favorable. » La décision en question, c'est celle d'un gouvernement resserré...

 

 

SANY0010

jmayrault, CC BY 2.0

 

 

L'idée qu'un remaniement puisse intervenir s'amplifie, à mesure que les élections municipales approchent. Toute la question est encore de savoir si ce dernier aura lieu avant, pour tenter de marquer l'opinion du public en faveur des maires socialistes, ou après, en conséquence de scrutins qui seraient défavorables.

 

« En Europe, beaucoup de gouvernements ont moins de ministres et ça ne marche pas plus mal. Le 19 février dernier, lorsque nous avons accueilli un conseil des ministres franco-allemand à l'Élysée, on a vu qu'il y avait quand même une petite différence de nombre... », évoque le Premier ministre dans cet entretien

 

Or, dans l'édition de cette semaine du Canard enchaîné, on évoquait une liste de futurs « guillotinés », avec un grand nombre de ministres femmes, mais également quelques personnalités de premier ordre. Vincent Peillon, qui ferait, selon des propos prêtés au président de la République « connerie sur connerie », et quitterait alors le ministère de l'Éducation nationale. Mais le Volatile évoquait également le départ possible d'Aurélie FIlippetti, qui ne serait pas parvenue à prendre le rôle de ministre de la Culture et de la Communication. 

 

D'autant plus que Le Point, exposait assez clairement une situation actuelle croquignolette, autour de la rue de Valois, avec la reconduction d'Éric de Chassy, comme responsable de la Villa Médicis, malgré l'avis contraire d'Aurélie Filippetti. 

 

Un établissement que Julie Gayet devait intégrer, sur proposition... d'Éric de Chassey. Aurélie Filippetti avait riposté : « Je ne prendrai pas en considération la proposition d'Éric de Chassey de nommer Julie Gayet membre du jury de la Villa Médicis. Vu son parcours de comédienne et productrice, Julie Gayet est tout à fait qualifiée pour cette fonction, qui, je le précise, est bénévole. Mais vu la situation particulière, je ne la nommerai pas. » Mais l'intervention avait fait jaser. Et ce n'était probablement que la partie visible de l'iceberg.

 

Quant au premier ministre, il ne se sent pas mis en danger, balayant les « commentaires, spéculations ou fantasmes », qui tournent autour de son possible remplacement : « Quand je vois le président de la République - et je suis l'un de ceux qui le voient le plus- croyez-vous que l'on parle de cela ? Non, nous parlons de ce que nous avons à faire. Nous sommes des réformateurs, nous avons mené beaucoup de réformes et nous en avons encore beaucoup à mettre en oeuvre. » 

 

La messe n'est pas encore dite.