Politique du cookie au beurre de cacahuète, ou la francophonie vue de Paris

Nicolas Gary - 21.11.2019

Zone 51 - Chez Wam - États généraux - livres francophonie edition - auteurs identité québec


CARNET DE BORD – Montréal, jour 1 et demi. Partir à la découverte d’un pays étranger implique dès les premiers pas de s’identifier aux autochtones. Pour ce faire, il importe de disposer des mêmes solutions de transport que les habitants. En l’occurrence une carte OPUS, vendue pour quelque 26 $ CA, avec une durée d’une semaine — bus et métro. Mais encore faut-il savoir se servir du réseau routier et ferroviaire.

pause détente
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Qui n’a jamais parcouru Montréal l’hiver ne connaît d’ailleurs pas le plaisir de cette vie souterraine totalement folle : la ville repose sur un réseau de couloirs qui permettent d’échapper à l’extérieur, aux températures, à la neige. Et comme le soleil lui-même n’est pas très à l’aise dans cette période, pour vivre heureux, vivons cachés. 

Or, tous les matins du monde à Montréal débutent par une grande tasse de café, achetée pour quelques piastres dans l’une ou l’autre des grandes enseignes idoines. Et pour l’accompagner, rien ne vaut un bagel (grillé avec beurre, fromage ou configure) ou éventuellement un cookie au beurre de cacahuètes, tout aussi addictif qu’un baba au rhum pour un ivrogne.

Problème : l’addiction est immédiate, sauf contre-indication allergénique et autres intolérances qui finissent par vous pourrir l’existence. Bref, on sait que c’est probablement peu recommandable, mais on a hautement envie d’y retourner. Un peu comme les États généraux du livre qui ont posé leurs bagages dans la manifestation.

Demandés par le président Macron, ces rendez-vous réunissent des professionnels à travers la planète francophone. Mais avec cette dérive régulièrement constatée que les réunions tournent rapidement court, et à « l’Hexagone bashing ». On tape sur la France, certainement responsable de bien des maux (dont celui d’avoir initié seule ces États généraux…), vidant énergie et temps perdant « en des séances d’épanchements où chacun vide son sac », nous dit-on ici.
 


Non que l’intention soit mauvaise, elle est de celle dont on a pavé l’enfer, bien entendu. Mais à la différence près que le Québec semble lutter encore et toujours contre l’envahisseur français : il suffit de penser à Dany Laferrière, publié chez Grasset, groupe français (Hachette), certes, mais fier et demandeur d’être publié également par des maisons d’éditions québécoises. Parce que cette résistance signifie quelque chose pour l’Immortel. Pour lui et pour tant d’autres. 

En passant, un salon du livre c’est aussi l’occasion de (ré) apprendre que Dany Laferrière fut présentateur météo pour la télévision — ce qui je vous l’accorde n’a rien à voir avec notre sujet. Reprenons.

D’ailleurs, cette dynamique se perçoit dans les chiffres de vente : la perte de vitesse des éditeurs étrangers sur les maisons québécoises est manifeste. Non que l'on soit mal accueilli, hein...

La force québécoise réside probablement dans ce sentiment d’appartenance. « Les auteurs belges, suisses, cherchent une maison française, et d’être publiés dans leur territoire, par une maison locale de moindre importance », entend-on dans les travées du salon. Ce qui mène à conclure que pour les Québécois, ces États généraux devenus Cahiers de doléances, pilotés par Paris, laissent un peu songeurs.

Et en fin de compte, avec la perspective de Francfort en 2020, du temps à perdre, on en a bien moins à mesure que passent les journées. C’est donc un peu comme un cookie au beurre de cacahuète : on trouve ça bon, mais on sait que ça n’apporte rien de bon. Et puis, ça devient surtout rapidement écœurant, finalement sans réel risque d’addiction.
 

Dossier : Salon du livre de Montréal 2019 : Se raconter


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.