Le monde de l'édition > Société > Actualité

Tardi, Pivot, d'Ormesson et Ponti : aux abonnés indisponibles

Allo ?

Le lundi 01 avril 2013 à 10:43:50 - 4 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

En cette journée où tout ce qui pourrait être publié sur le net est susceptible de devenir une vilaine farce, il faut se méfier de tout. Et comme une grande farce législative vient d'avoir lieu, il convient de jouer le jeu du 1er avril. Ainsi, en parcourant le registre ReLIRE, dont la base est désormais accessible en Open Source, plusieurs auteurs connus, dont les oeuvres sont indisponibles, vont découvrir une belle plaisanterie...

 

 

 

 

Avec une visée strictement informative, et parce que tout le monde ne peut pas savoir en permanence ce qui se passe, signalons donc à Claude Ponti, auteur jeunesse, Bernard Pivot, écrivain, journaliste et romancier depuis peu, et Jacques Tardi, dessinateur, que plusieurs de leurs ouvrages sont concernés par les scanners. 

 

Ainsi, L'Almanach du crime de 1983, par Michel Lebrun et Jacques Tardi, compte dans cette liste. Pour Claude Ponti, ce sont trois ouvrages qui sont concernés. Bernard Pivot, pour sa part, en compte quatre.

 

Mais évidemment, la première liste des 60.000 oeuvres prévues pour une numérisation contient bien d'autres noms. 

 

Jean d'Ormesson devra ainsi décider si oui, ou non, il accepte que son Autre histoire de la littérature française, publiée chez J'ai lu en 2000 devienne numérique.

 

Surtout que le livre semble pourtant disponible, chez d'autres éditeurs, y compris en édition numérique. Il semble en effet qu'on puisse l'acheter chez Gallimard, chez Folio, chez Seuil, mais également chez Nil en format numérique. 

 

Peut-être ne serait-il pas si pertinent que l'on procède à la numérisation de ce livre, dans ce cas.

 

Et que pensera Gotlib, le dessinateur, de sa présence et de la numérisation en marche forcée - à moins qu'il ne s'interpose - dans le corpus des premières oeuvres ? Comment aurait-il pu savoir, si personne ne l'avait prévenu ?  

 

Antoine Compagnon appréciera probablement que l'on s'intéresse de nouveau à ses titres, indisponibles, mais souhaite-t-il réellement qu'on les numérise en l'état, pour les commercialiser de la sorte ? 

 

À ce titre, Antoine Compagnon, historien de la littérature, et professeur au Collège de France compte parmi les membres du conseil d'administration de la BnF. Peut-être n'est-il pas inutile de l'alerter de ce que ses livres sont aujourd'hui proposés pour une numérisation prochaine

Par arrêté de la ministre de la Culture et de la Communication en date du 21 mars 2013, sont nommés membres du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale de France au titre des personnalités du monde culturel, scientifique et économique :
M. Compagnon (Antoine), professeur au Collège de France.
M. Eboli (Gilles), directeur de la bibliothèque municipale de Lyon.
Mme Marigeaud (Martine), inspectrice générale des finances.
Mme Nyssen (Françoise), présidente du directoire des éditions Actes Sud. (voir légifrance)

 

Marie Sellier, auteure jeunesse et présidente du CPE, aimerait peut-être reprendre Le rêve de Nikia, avant qu'il ne soit revendu en format numérique ?

 

Siné, illustrateur de son état, va découvrir que trois des livres auxquels il a participé, sont présents dans la liste des 60.000 oeuvres à numériser. Le savait-il seulement ? 

 

Quid également de l'artiste français d'originie suisse, Ben, alias Benjamin Vautier, qui va découvrir que trois ouvrages, vont affronter les lampes des scanners, sans qu'on lui demande son avis ?

 

Et les ayants droit de Paul-Emile Victor, qui a pensé à eux ? Les quatre livres que l'auteur compte dans la liste à numériser, ce n'est tout de même pas banal...

 

Sachez tout de même qu'il est possible de s'opposer à tout cela, à cette adresse.

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
- - -



Réactions

Publié par Vladkergan

 

Par contre, c'est Jacques Tardi, hein, pas Jean Tardi

Écrit le 01/04/2013 à 10:56

Répondre | Alerter

Publié par TheSFReader

 

Je suppose que certains auteurs vont recevoir de nombreuses fois les avertissement concernant leurs livres "indisponibles". Quelqu'un centralise t'il les contacts et/ou le choix de certains ?

Par exemple, une base disant "Untel a n livres dans la base ReLire, et a été averti", éviterait un afflux de mails bienveilants mais encombrants...

Écrit le 01/04/2013 à 11:16

Répondre | Alerter

Publié par Vladkergan

 

En même temps, c'est un moindre mal. Ca permettra sans doute de les tenir informé si quelqu'un tombe sur un livre indisponible dont le nom de l'auteur a été mal orthographié.

Écrit le 01/04/2013 à 12:50

Répondre | Alerter

Publié par Aldrea

 

Oui tout à fait, il s'agit de Jacques et non de Jean... (d'autant que le bon nom est dans les sources que vous citez, un petit effort quoi...)

Écrit le 01/04/2013 à 14:02

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com