Des éditeurs de bande dessinée menacent de boycotter le FIBD d'Angoulême

Antoine Oury - 23.02.2016

Tribune - éditeurs bande dessinée BD - Angoulême FIBD - Angoulême festival


L'édition 2016 du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême restera dans les mémoires, et pas pour de bonnes raisons : palmarès sans aucune auteure de bande dessinée et cérémonie de clôture moquée dans le monde entier, ce fut un fiasco total, selon les éditeurs et auteurs impliqués. Dans un communiqué commun, les éditeurs BD du Syndicat National de l'Édition (SNE) et du Syndicat des éditeurs alternatifs (SEA) brandissent la menace d'un boycott pour l'année prochaine.
 

Angoulême FIBD

 

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué diffusé :

Communiqué de presse
23 février 2016

Sauvons le festival d’Angoulême


Loyaux soutiens du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (FIBD) depuis sa création, les éditeurs ont maintes fois alerté ses organisateurs, ses financeurs et les pouvoirs publics sur les carences récurrentes de ce rendez-vous annuel.

Conséquence de l’absence à la fois d’une vision partagée et d’une gouvernance efficace, la dernière édition du Festival a cumulé les errements : absence de femmes dans la liste des auteurs éligibles au Grand Prix de la Ville d’Angoulême, mécontentement des auteurs souvent mal traités par l’organisation, baisse de la fréquentation, opacité dans les sélections des prix, cérémonie de clôture désastreuse

Le Festival est parvenu à décrédibiliser notre profession aux yeux du monde entier, comme en témoigne avec justesse Fabrice Piault, rédacteur en chef de Livres Hebdo, dans son éditorial du 5 février 2016.

Cet événement occupe une place centrale dans la vie de la bande dessinée. Il est impossible de le laisser se dégrader et entacher ainsi l’image du 9e Art tant en France qu’à l’étranger.

C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas participer à la prochaine édition du FIBD si une refonte radicale n’est pas mise en œuvre dans les meilleurs délais. Le Festival doit être repensé en profondeur, dans sa structure, sa gouvernance, sa stratégie, son projet, et ses ambitions.

Étant donné l’ampleur de la tâche à accomplir et l’importance de l’enjeu, tant pour notre profession que pour la population d’Angoulême et de sa région, où la bande dessinée a généré tout un ensemble institutionnel et industriel, nous faisons appel à l’Etat : nous demandons à Mme la Ministre de la Culture de nous recevoir et de nommer un médiateur afin de mener à bien, de toute urgence, cette refondation.

Les éditeurs de bande dessinée du Syndicat national de l’édition : Casterman, Dargaud, Delcourt, Denoël, Fluide Glacial, Futuropolis, Gallimard, Glénat, Jungle, Le Lombard, Panini, Rue de Sèvres, Sarbacane, Soleil, Urban, Vents d’Ouest.

Les éditeurs du Syndicat des éditeurs alternatifs (SEA) suivants : Anathème, Arbitraire, L’Association, Ça & Là, La Cafetière, La Cerise, La 5éme Couche, Cornélius, Éditions 2024, Frémok, Ici Même, Ion, L’Égouttoir, L’Employé du Moi, L’Œuf, Le Lézard Noir, Les Requins Marteaux, Les Rêveurs, Misma, Pré Carré, Radio As Paper, Super Loto, Vide Cocagne, Même Pas Mal, The Hoochie Coochie.