“Éditeurs, nous aurions besoin de votre présence à nos côtés”, Gaël Aymon

Auteur invité - 16.05.2018

Tribune - Gaël Aymon tribune - auteurs éditeurs relations - Etats généraux livre


Les États généraux du livre se tiendront le 22 mai prochain à la Maison de la poésie. Depuis des semaines, la mobilisation autant que la colère de n’avoir aucune réponse des pouvoirs publics, grandissent. Gaël Aymon avait diffusé un texte sur sa page Facebook. Il nous a proposé de le reprendre dans les colonnes d'ActuaLitté, publié dans son intégralité.

 

 

 

Chères éditrices et chers éditeurs pour la jeunesse (mon domaine, celui que je connais le mieux),

Je ne m’exprime du haut d’aucune tribune, seulement à titre personnel, bien que je ne sois pas le seul auteur à m’interroger.

Je m’adresse ici, non pas aux maisons d’édition, mais bien aux éditrices et éditeurs qui sont leurs salariés, avec qui nous partageons l’aspect artistique de notre travail et pour qui nous avons souvent la plus grande estime.

La parole que je voudrais formuler n’est pas aisée, du fait de la nature ambiguë de nos relations, et tant votre culture d’entreprise vous pousse parfois à vous rétracter au simple énoncé d’une revendication de notre part. Je le dis sans ironie. 
 

Vous le voyez en ce moment, impossible que vous l’ignoriez lorsque vous vous connectez aux réseaux sociaux, auteurs et illustrateurs s’émeuvent de toutes parts, face à la pluie de réformes non concertées s’abattant sur leur statut fragile, et s’interrogent publiquement sur l’avenir de leurs professions et donc… des vôtres.

Nous sommes nombreux à regretter le silence des partenaires que vous êtes, face à l’expression massive de nos inquiétudes. Certes, votre parole n’est pas totalement libre. Mais soutenir la nôtre vous mettrait-il tant en danger ? Nous ne vous entendons que trop peu, parfois en privé, du bout des lèvres et avec de nombreuses réserves. Or, aujourd’hui, alors que nous ne vous adressons ni réclamations ni doléances, mais des signaux d’alerte, nous aurions besoin de votre présence à nos côtés.
 

Ballottés de droites et de gauche


Fréquemment, lorsque des auteurs exposent les difficultés de leur statut, leurs ressentis et leurs vécus sont éludés, ou simplement niés, par les éditeurs. Considérés comme des privilégiés par toute une partie de la population, nous sommes toujours priés de rester sobres et pudiques dans nos plaintes. On nous oppose fréquemment que les éditeurs aussi ont leurs problèmes et que leur vie est elle aussi soumise à la dure loi du libéralisme, comme si une violence en justifiait une autre et qu’elles se valaient toutes. Dans le pire des cas, si l’auteur ne s’accommode pas de sa situation, on peut lui faire remarquer qu’il n’a qu’à changer de métier ou en avoir un second, à côté. 
 

Sans doute ne comprenez-vous pas assez à quel point les créateurs qui se battent pour que le système reste viable et soit plus juste sont généralement ceux qui reconnaissent l’importance et la valeur de votre travail éditorial, artistique et commercial. Ceux qui veulent pouvoir continuer à travailler avec vous. Les autres créateurs, découragés d’avoir été trop méprisés, de n’avoir pas été écoutés, ou n’ayant plus rien à gagner à ce que ce système perdure, rêvent et s’activent déjà à en créer un autre qui se ferait sans les éditeurs. Ce que je ne souhaite pas souhaiter.
 

L’un des principaux acteurs de l’industrie du livre
en situation d’extrême fragilité


On a pourtant les auteurs que l’on mérite. Des professionnels dans une industrie culturelle à peu près saine ou de simples tâcherons, sans implication ni talent, dans une édition jeunesse dont l’uberisation finira par toucher tous les postes. Ubérisation déjà en cours, vous me le confirmerez sans doute. Cette perspective ne devrait pas représenter pour vous non plus un horizon enthousiasmant, puisque vous n’êtes pas que de simples salariés : vous aussi exercez un métier de passion ! Or, aucun auteur n’a jamais considéré que vivre de votre métier n’était pas légitime ni ne vous a souhaité de devoir en trouver un second pour pouvoir continuer à exercer celui-ci.
 

Comme j’aimerais que les auteurs soient davantage considérés comme des adultes, majeurs, responsables et professionnels, ni dupes des lois du marché et des réalités du monde, ni coupables d’ignorer des réalités économiques qu’on leur dissimule bien souvent ! Comme j’aimerais que, lorsque je fournis un travail de qualité, sur lequel l’éditeur n’a pas à revenir comme s’il s’agissait d’un brouillon mal rédigé par un élève de CP ou d’une matière brute avec laquelle tout reste encore à faire, qu’il soit sincèrement convaincu que c’est parce que mon travail est un véritable métier, que mes compétences et mon expérience sont essentielles au sien ! 
 

Alors que la seule voix qui nous parle en votre nom est celle du Syndicat National des Éditeurs, on nous reproche parfois une expression collective agressive et sans nuance. Il se trouve que, comme pour toutes les professions, les avancées de nos droits et les améliorations de nos statuts ont toujours été arrachées, jamais obtenues en les demandant poliment, ni encore moins offertes parce qu’elles étaient possibles.
 

“L'absente de tous bouquets...”


Il se trouve aussi que nous sommes fréquemment les seuls oubliés de la chaîne du livre dans les communiqués, les seuls hôtes non conviés aux rassemblements interprofessionnels, snobés lorsque nous invitons nos partenaires à des « États généraux », qualifiés de saltimbanques, considérés comme des variables d’ajustement, ou réduits à nos paradoxes et à nos dissensions.
 

Quand le président Macron oublie l'écrivain Emmanuel
 

Il semble malheureusement plus facile pour un auteur de se la jouer perso que pour vous de vous démarquer de décisions ou de paroles professionnelles ou gouvernementales qui minent la confiance et la création, n’augurant finalement rien de bon pour vous non plus.
 

Je ne suis pas membre du CA de la Charte, dont les auteurs et illustrateurs jeunesse ont besoin pour ne pas être isolés, simples individus face à des entreprises et des gouvernements. Je n’ai aucune légitimité à réclamer un dialogue avec toute une profession. Et pour être tout à fait honnête, sans chercher à me faire plaindre, féliciter ni à endosser un rôle de martyr, écrire ce texte m’aura demandé de forcer mon courage.

Serait-il pour autant si utopique d’amorcer tous ensemble une réflexion sur l’avenir de nos professions, en danger, mais tant aimées ? De vous voir partager notre inquiétude sur la situation de vos auteurs ? Ou pouvez-vous nous expliquer ce qui vous en empêche, quelles dures réalités nous ont été occultées, qui rendraient impossible toute prise de position ? Votre silence finissant par nous dire que nos problèmes ne vous concernent pas. Cela ferait tant de bien à nos relations !
 

Je ne désespère pas. Plusieurs d’entre nous sentent des éditeurs ou éditrices s’ouvrir à l’échange et à la confrontation paisibles, mettant temporairement nos ego de côté.

Je ne sais qu’attendre de ce long texte, si ce n’est que j’aurai formulé publiquement ce qui, en moi, demandait à l’être depuis de longues années. C’est, après tout, le seul véritable privilège des auteurs !
 

Merci de l’avoir lu et, je l’espère, compris.

Gaël Aymon


#auteursencolere #pasdauteurpasdediteur
 

Retrouver et signer la pétition


Photo © Emilie Hautier




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.