interviews croisées : audiovisuel et édition au sein de la Sorbonne

Association Effervescence - 30.07.2013

Tribune - interview croisée - audiovisuel - édition


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du Master Édition et Audiovisuel de Paris IV-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du Master et de l'association.

Cette semaine, nous avons décidé de lever le voile qui entoure les futurs étudiants du Master 2 de Lettres Modernes Appliquées et de vous présenter deux des étudiantes qui composeront la promotion 2013-2014.

 

 

La première est Toulousaine, la seconde est Suisse ; elles n'avaient rien en commun, et pourtant : les parcours qu'elles se sont mutuellement construits vont finir par s'entrecroiser, car en septembre 2013, elles seront réunies dans la même pièce.

Focus sur ces deux personnalités complémentaires et attachantes, qui se sont prêtées pour nous à un jeu de questions-réponses. 

 

Avant d'intégrer le Master 1 de Lettres Modernes Appliquées de Paris-IV Sorbonne, Caroline Desbles voulait être reporter. Après avoir décroché son bac ES, cette jeune femme de 23 ans s'est orientée vers une licence de Lettres Modernes à Toulouse, d'où elle est originaire. Les cours d'information et communication dispensés par Martine Lavaud en première année de Master de Lettres Modernes Appliquées l'ont particulièrement interpelée. C'est précisément à cette occasion qu'elle a pleinement pris conscience des mutations du métier de journaliste et que son projet professionnel a pris une tournure plus « audiovisuelle ». Elle s'est ensuite intéressée au web-documentaire et plus particulièrement à Alma, une enfant de la violence, un web-documentaire diffusé par Arte. Vous l'aurez compris, Caroline fait partie de la future promotion de l'option audiovisuel… 

  

De son côté, le léger accent de Charlotte Monnier trahit quelque peu ses origines. Cette Suissesse de 22 ans a obtenu un bachelor (l'équivalent de notre licence française) en musicologie et littérature française, ce qui en dit long sur ses centres d'intérêt. Et c'est justement au cours d'un voyage Erasmus qu'elle a effectué pendant sa deuxième année de licence qu'elle a découvert le Master de Lettres Modernes Appliquées de la Sorbonne. Elle fera partie de la promotion de l'option édition à la rentrée prochaine.  

 

  • Quelles étaient vos ambitions en postulant au M2 ? Qu'est-ce que vous êtes venues y trouver ?

Caroline

Ce M2 me semblait en parfaite cohérence avec l'évolution de mon projet professionnel. En fait, j'aimerais en premier lieu apprendre à écrire un documentaire ; en touchant aux trois phases d'écriture d'un film (scénario, réalisation et montage donc).

J'ai commencé à toucher à la caméra et au montage vidéo via l'association TéléSorbonne, « la télévision étudiante parisienne », que j'ai rejointe au cours de l'année. Malheureusement, je n'ai pas le sentiment de m'être vraiment approprié le matériel. Je viens en fait essentiellement chercher de la technique.

 

Charlotte

De mon côté, je cherche à acquérir les compétences nécessaires à l'exercice d'à peu près n'importe quelle fonction dans le milieu éditorial, afin d'être la plus polyvalente possible. Je cherchais également à avoir rapidement un contact pratique et concret avec les différents métiers de l'édition, ce que le stage obligatoire en M2 m'offre largement ! 

 

 

  • Et quelles sont les qualités que vous pensez mettre à profit cette année ?

Charlotte

Une maîtrise de l'orthographe, une capacité à travailler en groupe, une motivation sincère. 

 

Caroline

Mon envie de mener à bien les projets que j'ai envie de faire et de les faire du mieux possible.

 

 

  • Pour ce qui est de l'aventure humaine que vous allez vivre, comment l'abordez-vous ?

Charlotte

De manière très positive, même si je m'inquiète un peu pour le seul garçon de l'équipe édition ! Mais je pense sincèrement que l'expérience sera unique à tout point de vue. 

 

Caroline

Je ne sais pas… J'espère qu'on sera tous portés par l'envie de faire quelque chose de bien. 

 

 

  • Vous savez que les deux spécialités ont des cours communs. Comment envisagez-vous justement cette passerelle entre audiovisuel et édition ?

Caroline

Je trouve ça très bien de nous former comme ça, comme le cours à trois voix que l'on avait en M1, puisque qu'il s'agit de métiers qui fonctionnent ensemble et de plus en plus.

 

Charlotte

Je pense que nous aurons affaire au même marché – soit celui de la culture. Il me semble donc tout à fait logique que nous ayons des cours en commun. Et puis, je pense que nos activités vont être de plus en plus interdépendantes. Beaucoup de métiers du cinéma sont proprement littéraires.

 

 

  • Le rythme de l'année que vous allez vivre est très intense. Êtes-vous au courant que vous allez quasiment vivre ensemble pendant un an ? La colocation ne vous effraye pas ? 

Charlotte

Si. Et non. Je pense que c'est le meilleur moyen de tester ce que l'on ressent comme une vocation. 

 

Caroline

Non, je m'en réjouis, j'aime beaucoup travailler en groupe ; les projets collectifs de réalisation de court-métrage, mini-documentaire et d'émission de radio font partie des éléments qui m'ont le plus stimulé à candidater.

 

 

  • Est-ce que vous avez déjà pu prendre connaissance des projets des années antérieures ?

Charlotte

J'ai déjà découvert l'ouvrage réalisé par le groupe de cette année. Mais je chercherai à en lire d'autres. 

 

Caroline

J'ai effectivement pu voir le court-métrage et l'émission de radio de la promo de cette année lors des Portes Ouvertes.

 

 

  • Avez-vous eu l'occasion de discuter avec les anciens ? Qu'est-ce que ces discussions vous ont apporté ?

Caroline

J'ai contacté Effervescence au cours de l'année ; c'est comme ça que j'ai rencontré la vice-présidente de l'association, Myriam Toumi, qui m'a beaucoup apporté, conseillée et encouragée.

J'ai également pu discuter avec un ancien étudiant, de plus longue date, lors des Portes Ouvertes. Ça m'a permis de savoir quels était les profils recherchés.

 

Charlotte

Je suis notamment allée les voir sur leur stand au salon du livre. Discuter avec eux m'a tout simplement convaincue !

 

 

  • Pour qu'on en sache un peu plus sur vous, pourriez-vous nous dire quelles sont vos inspirations quotidiennes ?

Caroline

Parmi les choses qui restent : Jean-Paul Sartre, essentiellement en raison de la vitesse de son style. J'aime bien aussi l'énergie du collectif Kourtrajmé et celle de l'artiste WK Interact.

Dans un autre domaine, je suis assez intéressée par des personnalités comme Yves-Saint Laurent ou Karl Lagerfeld, bien que très différents.

À part ça, je puise pas mal dans les magazines.

 

Charlotte

Le théâtre, la danse, le sport et le mouvement en général. 

Suite à mes études en musicologie, j'écoute encore beaucoup de musique. En fait, la musique – symphonique, surtout – m'inspire davantage que la littérature. Je pense souvent à cette phrase de Wagner : « La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots. » Il concevait son opéra comme un « art total », capable de réunir sous une forme unique, parfaite et absolue toutes les autres formes – imparfaites – d'art. Dans un tout autre registre, l'humour, les jeux de mots, Raymond Devos, Raymond Queneau, Pierre Dac, Coluche, etc. sont aussi pour moi des sources d'inspiration au quotidien !

 

 

  • Et si vous aviez un livre à nous conseiller ? Et un film ?

Charlotte

Je pense qu'il est toujours un peu question d'identification. Un livre ou un film nous marque s'il fait vibrer en nous une corde sensible, voire douloureuse. Quand je quitte une salle de cinéma ou que je referme un livre, il faut que quelque chose – moi ? – ait changé. Aline (Ramuz), La Peste (Camus), Belle du Seigneur (Cohen), Bel-Ami (Maupassant), Le Journal de la Création (Nancy Huston), La Confession d'un enfant du siècle (Musset)… font partie de ces livres qui laissent des traces.

 

Caroline

Les Mémoires d'Hadrien de Yourcenar, on dirait un travail d'orfèvre. Les Mots de Sartre et Le Guépard de Lampedusa font également partie de mes livres préférés.

Parmi les films sortis récemment : Shokuzaï de Kurosawa et L'Inconnu du lac.

 

 

  • Et pour finir sur une belle image, auriez-vous une photo symbolique qui vous représente à nous montrer, pour que l'on puisse se faire une idée de vous sans toutefois dévoiler vos visages ? 

Caroline

 

 

 

Charlotte 

 

 

Merci encore à Caroline et Charlotte pour leur réponse. Autant vous dire qu'on a hâte de découvrir les projets respectifs des prochaines promotions, ainsi que tous les membres qui les composeront dès le mois de septembre…

À la semaine prochaine pour une nouvelle chronique !