La dramatique impasse : Contre l'Europe actuelle, refonder l'Union

Editions La Différence - 17.04.2014

Tribune - Europe - OTAN - impasse dramatique


Qui conserve encore un rêve européen ? Les Européens qui, sur les plans économique, politique, social, se déclarent aujourd'hui, contre vents et marées, en faveur de l'Union européenne ?  Ce sont précisément ces Européens qui tuent le rêve.

 

Qui écrase les P.M.I., les P.M.E., les classes moyennes sous une politique d'austérité et une ponction fiscale qui leur enlèvent leur créativité en supprimant leurs possibilités d'investissement ? Qui accable les masses populaires ? Les peuples grecs, portugais, italiens, espagnols, irlandais, anglais, bientôt français et allemands, ont la réponse : ce sont les défenseurs institutionnels  actuels de l'Europe communautaire qui provoquent la dégénérescence du continent européen dans son ensemble.

 

La Différence vous propose aujourd'hui la lecture d'un large extrait de l'introduction du livre qui sortira le 28 avril 2014 en librairie et qu'édite Le Temps des Cerises, Une autre Europe, contre l'austérité, pour le progrès social en coopération. Un autre euro. Un ouvrage collectif de Frédéric Boccara (maître de conférences associé à l'Université Paris 13), Yves Dimicoli (responsable de la commission économie du P.C.F.) et Denis Durand (syndicaliste à la Banque de France et membre du Conseil  économique, social et environnemental). 

 

 

 

 

Contre l'Europe actuelle

Refonder l'Union européenne

 

La construction actuelle de l'Union européenne (UE) débouche sur un magistral fiasco. C'est qu'elle n'a pas été conçue pour répondre aux besoins solidaires de développement des peuples européens, mais pour tenter d'attirer massivement les capitaux financiers mondiaux par la promotion d'un grand marché financier européen très attractif, et pour développer la  concurrence entre travailleurs et peuples pour la rentabilité financière.

 

Pour rassembler les Européens, les promoteurs de cette construction ont invoqué des buts       « généreux » (paix, « plein-emploi », modèle social européen, prospérité partagée…).Mais le cœur de cette tentative est cette ambition de domination de la rentabilité, devenue explosive au service de la finance, des multinationales à base européenne, des capitaux allemands, s'exerçant contre les peuples.

 

L'UE est aujourd'hui dans une crise profonde. Elle traverse la plus grave crise de son histoire depuis les années 1930 et la Seconde guerre mondiale. Le projet européen devait être, selon les forces dominantes, un projet de paix et de progrès social. Il se transforme en cauchemar où le seul horizon proposé aux peuples européens est une régression sociale brutale et généralisée, les politiques d'austérité contre les dépenses sociales. L'Europe entière est plongée dans cette tourmente par la crise du système capitaliste financiarisé dont les conséquences sociales et écologiques frappent l'humanité et la planète avec violence, en s'opposant aux promesses des immenses progrès technologiques, et par une conception de l'Union européenne façonnée sur un modèle ultralibéral placée sous la tutelle des marchés financiers.

 

La crise du capitalisme mondialisé, après des années d'accumulation de profits et d'une répartition des richesses et des pouvoirs en faveur du capital, affecte d'une manière ou d'une autre chaque pays et chaque aspect de la vie. Les politiques d'austérité, la contraction et la précarisation de l'emploi, la privatisation des services et entreprises publics, le gâchis de pans entiers du potentiel de progrès des forces productives, la réduction dramatique des conquêtes de la protection sociale, l'affaiblissement des institutions démocratiques et la domination bureaucratique supranationale, le renforcement de la répression et les mesures d'« urgence », sont utilisés pour maintenir la domination de l'ultralibéralisme du capital et des profits financiers contre les luttes et les besoins populaires nouveaux.

 

Europe

Niccolò Caranti, CC BY NC 2.0

 

 

La situation est devenue insoutenable pour les peuples européens. L'austérité et 'autoritarisme sont les outils d'une stratégie des oligarchies européennes pour s'opposer aux exigences des peuples. Pendant que les banques sont renflouées par les États, les dépenses publiques sont sacrifiées, le chômage et la précarité explosent. Pendant que les impôts des entreprises et des grandes fortunes sont systématiquement baissés, les taxes injustes pleuvent sur les populations. Les salaires sont baissés mais les profits des entreprises grimpent et les inégalités sociales explosent.

 

À cause de la spéculation immobilière, des familles n'ont plus de toit. L'utilisation non soutenable des ressources continue d'être poussée, notamment par des modèles 'agriculture, de pêche et d'élevage productivistes et par la spéculation sur les marchés agricoles, alors que les petits paysans et pêcheurs n'ont pas de quoi vivre décemment et que le changement climatique menace l'humanité. Alors que les mentalités progressent vers l'égalité, et malgré quelques avancées, l'exploitation et les violences contre les femmes connaissent un regain. Il en va souvent de même pour l'ensemble des violences basées sur les orientations sexuelles ou les identités de genre. Alors que les aspirations à plus de démocratie grandissent, les atteintes aux libertés et la répression se développent. Et tandis que la paix paraît plus nécessaire que jamais, les dirigeants européens choisissent la voie de l'atlantisme, de l'OTAN et des interventions militaires.

 

La voie dans laquelle s'enfonce l'UE est en réalité une impasse dramatique. Elle entraîne tout le continent dans la récession et provoque une crise existentielle de l'Union européenne. Nous nous opposons catégoriquement à la construction européenne actuelle, nous la rejetons en proposant une tout autre construction européenne.