Lettre ouverte aux éditeurs : les libraires de Rhône-Alpes prennent la parole

Clément Solym - 03.07.2012

Tribune - librairie - appel - editeurs


Les libraires de notre association Libraires en Rhône-Alpes ont souhaité profiter de la présence des éditeurs à l'occasion des différentes présentations de Rentrée littéraire organisées à Lyon au mois de juin pour les alerter sur la situation de la librairie et solliciter leur soutien.


Ainsi, plusieurs d'entre eux ont lu la lettre suivante lors des réunions des Éditions de l'Olivier, Seuil, Stock, Calmann Levy, Liana Levi, POL, Flammarion, Grasset, etc. Si l'accueil a été globalement positif de la part des éditeurs, les libraires attendent maintenant leurs remontées vers les diffuseurs, dont les mesures annoncées en faveur des libraires, malgré quelques avancées, leur paraissent globalement insuffisantes pour maintenir à terme un réseau dense et qualitatif de libraires sur le territoire.


« Il y a un an, Lyon accueillait les Rencontres Nationales de la Librairie : 550 participants, libraires et différents acteurs des métiers du livre, ont pu échanger et engager des pistes de réflexion sur l'avenir de notre métier. Ces journées ont marqué les esprits, ont entraîné une prise de conscience certaine, et ont été d'autant plus importantes pour nous qu'elles se sont déroulées sur notre territoire et que nous avons pris une part active dans leur organisation.

 

 

 

 

Tout le monde s'accorde sur le rôle essentiel des librairies dans l'expression de la diversité de la création éditoriale et l'animation culturelle des territoires. Nous savons que notre avenir est entre nos mains et passe par une exigence quotidienne de notre métier, que chacun d'entre nous s'attache à mener au mieux. Les pouvoirs publics envisagent un soutien plus important de la librairie indépendante et nous nous félicitons des premiers engagements encourageants pris par certains diffuseurs sur le plan commercial.

 

Mais les récentes évolutions, tant des pratiques de lectures que des démarches d'achats, nous fragilisent davantage et nécessitent une implication d'autant plus forte de tous les acteurs pour la préservation de ce réseau de libraires indépendants que le monde entier nous envie.

 

Nous avons su établir une relation privilégiée de confiance avec nos lecteurs qui sont de plus en plus exigeants sur la qualité du choix présenté par le libraire, la qualité du conseil, mais aussi la rapidité de réaction aux services demandés: renseignements, réservations, commandes, etc. Il y a plus de lecteurs certes, mais ils lisent globalement moins, ont des demandes plus larges, plus diverses et leur pouvoir d'achat baisse de façon certaine.

 

L'exercice de notre métier s'est donc largement complexifié et les libraires rencontrent des difficultés structurelles, économiques et organisationnelles, à l'épreuve de l'augmentation constante de la production éditoriale.

 

Plus que jamais, le métier de libraire consiste donc à faire des choix, mais aussi à gérer au mieux ses flux, allers comme retours. La gestion des stocks envahit aujourd'hui notre quotidien et remet en cause l'équilibre de notre proposition. Risquons-nous demain de privilégier l'éditeur qui nous accordera la meilleure remise ?

 

Nos charges ne cessent d'augmenter et vous savez sans doute que la rentabilité de nos librairies est en moyenne de 0,3 % du CA. L'augmentation récente du taux de TVA sur le livre et le fait que les éditeurs ne l'aient pas répercutée de façon systématique sur le prix des ouvrages n'a fait que creuser ce problème.

 

Il est question revenir au taux de TVA de 5,5%. Merci dans ce cas de ne pas baisser le prix de vos ouvrages car nous avons besoin de ce petit appel d'air sur la valeur de nos stock.

Les soucis de trésorerie sont désormais récurrents.


Et nous n'arrivons pas à rémunérer correctement nos salariés.


Ceux-là mêmes à qui nous allons demander de lire vos nouveautés, sur leur temps libre...

Moins de grands lecteurs, plus de livres... et des marges qui se réduisent. Dans ce contexte, vous comprenez que nous manquons cruellement de moyens et de disponibilité d'esprit pour exercer au mieux notre métier dans ce qu'il a d'essentiel : celui de découvreur d'auteurs et de passeur de textes.

La situation économique de nos librairies doit donc impérativement s'améliorer pour permettre une meilleure rétribution des libraires.

 

Or aujourd'hui, les conditions commerciales sont le principal levier du changement. Seule une augmentation des remises permettra aux libraires de récupérer les quelques points de marges essentiels à leur bon fonctionnement. Il est important pour nous que vous soyez pleinement conscient de cette situation et que vous portiez cette parole auprès de votre diffuseur.

 

Nous savons fort bien que vous, éditeurs, avez vos propres contraintes économiques et financières, et êtes confrontés à des logiques économiques parfois très puissantes. Mais nous devons agir ensemble pour améliorer et sauver les situations économiques des petits partenaires artisanaux que nous sommes. Vous le savez bien, c'est notre réseau qui vous permettra de continuer votre métier de découvreur de la littérature de demain.

 

Il est donc de notre responsabilité de le défendre ensemble.

Pour vous éditeurs, pour nous libraires.
Pour les auteurs, leurs livres et leurs lecteurs. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.