medias

Marché de la poésie : 30 éditions mais pas 30 ans !

Clément Solym - 04.06.2012

Tribune - Vincent Gimeno-Pons - Jean-Michel Place - Marché de la poésie


Vingt-neuf années ont passé. Qui eut imaginé en 1983 que Jean-Michel Place – créateur du Marché de la Poésie – fêterait cet anniversaire tout particulier en arrondissant le nombre d'éditions de l'événement, tout en n'ayant pas encore célébré son trentième anniversaire ? Arlette Albert-Birot, présidente pendant vingt huit ans du Marché de la Poésie, restera une figure inoubliable de cet événement. Jacques Darras lui a succédé en 2010 pour continuer d'impulser la dimension poétique qui a toujours animé la manifestation.


Trente éditions, un miracle ? Sans doute est-ce parce que le Marché de la Poésie s'est renouvelé sans cesse, se remettant souvent en question, qu'il a réussi à surmonter chacune de ses crises. Certains diront que « c'est toujours la même chose ». Pourtant, à bien y regarder, l'édition que nous défendons ne cesse d'innover et de publier, en dépit d'une crise qui touche aussi ces artisans du livre, défenseurs permanents de la création littéraire et de la poésie.


Il n'est pas aisé d'œuvrer à la promotion d'un bien culturel. Il est encore moins évident de lutter pour la poésie, le livre et le mot lorsque la chaîne du livre est malmenée jour après jour. Peut-être à l'avenir ne restera-t-il que deux formes d'édition : celle du numérique et celle d'une édition artisanale, encore sous forme de papier.



Il n'en demeure pas moins que le Marché de la Poésie représente aujourd'hui :

  • le plus grand rassemblement poétique autour de l'édition ;
  • un lieu qui regroupe tous (quasi) les courants et sensibilités de la poésie contemporaine ;
  • une vitrine de la poésie et de l'édition de création ;
  • une ouverture plus large de la poésie à ses lecteurs ;
  • la recherche et la sensibilisation de nouveaux publics.

Notre volonté enthousiaste de défendre la petite édition s'est renforcée au fil du temps. Qui plus est, cette résistance et l'écho favorable reçu pour notre combat auront également prouvé le caractère nécessaire du Marché de la Poésie.


Nous déployons nos efforts pour développer la présence des éditeurs et des revues. Ils sont chaque fois plus nombreux à vouloir nous rejoindre, mais l'espace dont nous disposons est difficilement extensible. Est-ce pour autant preuve de notre réussite ? Certes, ne soyons pas modestes, l'événement est un succès, malgré la crise que nous traversons.


Mais ce succès n'en demeure pas moins une inquiétude quant à l'état de l'édition de poésie, quant à l'état du réseau des libraires indépendants, sans lesquels cette chaîne du livre saurait difficilement survivre. Si autant d'éditeurs souhaitent participer, c'est surtout parce que le réseau actuel de diffusion et de distribution du livre correspond peu à leur réalité.


Le Marché de la Poésie n'a jamais été et ne sera jamais un salon du livre comme les autres. Il y règne un esprit particulier : si la circulation des livres y est essentielle, c'est aussi le lieu des rencontres avec les auteurs, avec les lecteurs, avec les autres éditeurs et revues. Un lieu qui prouve l'effervescence de la création littéraire.


Depuis que nous avons enrichi le Marché de la Poésie de sa Périphérie*, le public de la place Saint-Sulpice s'est renforcé. Cette Périphérie n'est pas un festival de manifestations, elle s'appuie sur le travail de ceux dont la production éditoriale est le métier, complément direct du Marché de la Poésie.


Le Marché est également lieu de débats et de tables rondes autour de la poésie. Ainsi cette année, nous nous interrogerons sur l'avenir de l'édition de poésie. Nous irons également à la rencontre des sept poètes singapouriens invités pour cette 30e édition.


Puisse le Marché de la Poésie vivre encore mille ans ou plus, afin de perpétuer la découverte des poésies du monde entier et de présenter chaque année les nouveautés qu'éditeurs et revues, numériques ou non, auront choisi de porter à la connaissance des publics futurs. Puisse aussi le Marché de la Poésie avoir toujours un an de moins que son allure, pour continuer de nous surprendre** !

 

 

Cette année, ActuaLitté est partenare de cette manifestation.

 

--- 

*Depuis 2005, le Marché de la Poésie est sorti de son enceinte pour aller à la rencontre du public dans d'autres lieux culturels à Paris, en Île-de-France et en Province. 

** Nous finirons cette édition 2012 par un feu d'artifice tout particulier pour célébrer la trentième édition : un feu d'artifice littéraire, « Canzone pritecnica », écrit par Francesco Cangiullo, poète futuriste italien, et que Giovanni Fontana nous fera l'honneur d'interpréter (dimanche 17 juin vers 18h, sur le podium du Marché).




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.